Raimu

 

 

Accueil 
Aubagne 
Marcel Pagnol 
Famille Pagnol 
Album 
Brochure 
 Petit Monde 
Collines 
Les plantes 
Circuits 
 Font de Mai 
La Treille 
La Buzine 
Le Castellet 
Cassis 
La Ciotat 
La Colle sur Loup 
Marseille 
Pont du Gard 
Ma Provence 
Liens 
 


Marcel Pagnol et Raimu : vaste programme !
Marcel Pagnol a été auteur de théâtre et réalisateur, scénariste, metteur en scène au cinéma.
Raimu a été un acteur Français très prisé à son époque.
Leur rencontre a donné des chefs d'œuvres.
Raimu est resté toujours vivant dans les mémoires pour ses interprétations magistrales des personnages de Marcel Pagnol. Ils furent aussi des amis, mais comme, évidemment, ils avaient des personnalités très différentes et affirmées, leurs relations furent parfois, disons houleuses.
 Tout en relatant brièvement la vie et le parcours d'acteur de Raimu, nous mettrons en évidence sa rencontre avec Marcel Pagnol, ainsi que leur coopération au théâtre et au cinéma.

   

Raimu
 Lien vers la page :
Théâtrographie - Filmographie

La théâtrographie et la filmographie de Raimu permettent de situer, à travers ses très nombreuses prestations d'acteur, les pièces et films dont il a été le plus souvent l'acteur principal,
écrits et produits pour la plupart  par Marcel Pagnol :
Marius ( théâtre - 1929 ) ; Marius ( cinéma - 1931 ) ; Fanny ( cinéma - 1932 ) ; César ( cinéma - 1936 ) ;
La Femme du Boulanger (cinéma - 1938 ) ; La Fille du Puisatier ( cinéma - 1939 ) ; Fanny ( théâtre - 1943 ).  

Liens vers :
Raimu à Toulon           Raimu à Bandol            Renécros (plage de Bandol)

Raimu
       (Él
éments de biographie et détails sur les pièces et films de Marcel Pagnol interprétés par Raimu.)

Sa naissance en 1883 :
Il est né le 18 décembre 1883 à Toulon.
La déclaration de sa naissance a eu lieu à l'Hôtel de Ville par son père, Mucius Scaevola Joseph Marie Antoine Muraire, la quarantaine, tapissier de marine, ayant comme témoin Camille Rougé, vingt cinq ans, administrateur stagiaire à la Préfecture maritime.
Il est alors enregistré sous le patronyme : Jules Auguste Muraire.
" Jules Auguste est venu au monde dans l'appartement de ses parents, au quatrième étage d'un immeuble gris et plein de fenêtres, au n° 5 de la rue de l'Indépendance, à deux pas de l'Arsenal, au cœur de la ville populeuse."
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans -
Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 1, page 10.)
N.B. : La rue de l'Indépendance est devenue la rue Anatole France.


Ses débuts en 1899 :
Peu enclin aux études, il découvre très tôt le monde du spectacle et décide de devenir comédien.
En 1899, il fait ses débuts au Casino de Toulon.
Le 15 juin 1900, à l'âge de 17 ans, il effectue ses premieres prestations comme comique troupier dans les cafés-concerts et music-hall dans le Midi de la France et en Afrique du Nord,  sous le pseudonyme d'artiste de Rallum, mais sans succès. En même temps, pour survivre, il fait de petits travaux : croupier au casino d'Aix-en-Provence, commerçant...
Courant 1900, il revient au Casino de Toulon pour jouer dans la pièce Aiglons-nous les uns des autres.
De 1901 à 1910, il se produit dans différentes pièces à Marseille ( Alhambra et Palais de Cristal ), à Nice, en Avignon, à Toulouse et en Afrique du Nord.
Dès 1908, il devient dans le Midi, une vedette régionale connue sous le nom d'artiste Raimu ( ce pseudonyme est en fait un acronyme abrégé de Muraire, son nom de famille ).

Il monte à Paris en 1910 :
En 1910, Félix Mayol, chansonnier et directeur du théâtre parisien le Concert Mayol, le repère et le fait monter à Paris pour l'engager dans ses revues (C'est solide, 1910 - Elle a le sourire, 1911).
Puis il se produit de nouveau jusqu'en 1914 dans des cafés-concerts et différentes revues de music-hall à La Cigale, aux Folies Bergères et au Casino de Paris.
En même temps, entre 1912 et 1914, il fait ses débuts au cinéma dans L'Homme nu (réalisateur : Henri Desfontaines)
et L'Agence Cacahuète (réalisateur : Roger Lion).
En 1914, il est mobilisé à Orange dans le 15
ème E.T.E.M. (Train des équipages ) et part au front, puis démobilisé en 1915.
En 1915, revenu à Paris, il joue dans Il faut l'avoir ! (Comédie-revue de Sacha Guitry et A. Willemetz, au Palais Royal), puis enchaîne les rôles dans plus de trente pièces jusqu'en 1928 (voir la théâtrographie).

Première rencontre avec Marcel Pagnol en 1928 ; Marius (pièce de théâtre) :
À cette époque, Simone et Léon Volterra possèdent et dirigent deux théâtres de la capitale : le Théâtre de Paris et le Théâtre Marigny.
En septembre 1928, Raimu et son ami Pauley sont les vedettes d'une revue de Saint-Granier, au Théâtre Marigny.
Lors d'une représentation, Simone Volterra arrange entre deux sketches une rencontre entre Raimu et Marcel Pagnol. Avec la complicité du concierge et des machinistes, ce-dernier est introduit jusque dans les coulisses qui donnent directement sur le plateau où Raimu, déguisé en blonde, joue avec Pauley déguisé en brune, le sketch intitulé " Les amies de pension
Raimu, tout en jouant, remarque cet intrus.
" Le sketch terminé, Raimu se précipite sur le jeune homme pour lui demander des explications, et probablement le faire expulser.
Avant même qu'il ait pu parler, l'intrus lui tend la main un sourire aux lèvres : « Je suis Marcel Pagnol »."
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans - Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 6, L'empire Volterra - page 84.)
Raimu avait bien été prévenu par Léon Volterra d'une visite de Marcel Pagnol, mais la situation était totalement surprenante.
" À l'annonce : « Je suis Marcel Pagnol », il répond : « Ravi », un peu gêné, presque intimidé,              
puis enlevant sa perruque blonde : « Venez dans ma loge. J'ai un changement
». "
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans - Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 7, Le triomphe de Marius - page 85.)
Marcel Pagnol lui parle alors longuement de Marius, la nouvelle pièce de théâtre qu'il est en train de terminer et lui demande s'il accepterait de jouer le rôle de César.
Il lui donne un exemplaire du manuscrit, et dès le lendemain Raimu accepte la proposition.
Presque en même temps, le 9 octobre 1928, la générale de Topaze, autre pièce de Marcel Pagnol, fait un triomphe au Théâtre des Variétés ; ce qui ne fait que conforter Raimu dans sa décision.
Marcel Pagnol entre alors dans le vif du sujet et discute avec Léon Volterra de la distribution des rôles dans Marius.
Raimu rencontre de nouveau Marcel Pagnol et le courant passe alors entre eux. 
Il entérine leur choix, et sur la lancée, l'accord est signé dans le bureau de Léon Volterra au premier étage du Théâtre de Paris.
Les répétitions de Marius commenceront le 15 janvier 1929, la générale étant prévue pour la mi-mars.
Durant les répétitions, Raimu et Marcel Pagnol déjeunaient presque tous les jours en tête-à-tête, se découvrant réciproquement.
Ils en étaient rapidement venus au tutoiement dans une amitié naissante qui durera trente ans.
                                                                          Générale de Marius le 8 mars 1929 au Théâtre de Paris.
                                                                                                            Un triomphe !  
" Quelques jours plus tard, dans la loge de Raimu, Marcel Pagnol, prenant un bâton de rouge, écrit sur la table de maquillage de la vedette :
« Monsieur Raimu est un génie - 1929 - Marcel Pagnol ». "

(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans -
Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 7, Le triomphe de Marius - page 92.)

Les débuts du cinéma parlant ; Marius ( film ) :
Nous sommes en 1929.

Le cinéma parlant commence à se développer en France. Quelques films sont projetés à Paris et dans des salles d'autres grandes villes.
Raimu est tenté de se lancer en tant qu'acteur. Un soir de janvier 1930, il rencontre dans un restaurant parisien, Roger Richebé, qui possède les Studios de Billancourt.
" Il se trouve que Roger Richebé est le fils de M
me Richebé qui, en 1904, a créé à Marseille, l'une des deux premières salles de cinéma,
le « Populaire cinéma », près du Vieux-Port. "

(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans -
Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 8, Les premiers films - page 100.)
Il lui propose, et Raimu accepte, un contrat d'exclusivité de trois ans suivant les termes duquel l'acteur devra interpréter en vedette, trois films. Le premier film sera le tournage d'une comédie de Sacha Guitry, Le blanc et le noir. Ce qui provoquera la rencontre entre Raimu et Fernandel (Fernand Contandin).
Pendant ce temps, Raimu continue à jouer dans la pièce de théâtre Marius, dont le succès ne baisse pas.
Marcel Pagnol a vendu les droits de cette pièce à la Paramount, l'une des cinq grandes compagnies de cinéma d'Hollywood.
Bob Kane, directeur pour l'Europe de la Paramount, prend Alexandre Korda comme réalisateur pour le film Marius, qui va être tourné à partir de la pièce éponyme.
Marcel Pagnol réussit à convaincre Roger Richebé de "prêter" Raimu, qui avait passé, rappelons-le, un contrat d'exclusivité avec celui-ci, pour le tournage de Marius. Entre Marseillais, l'entente est toujours possible.
Toutes les difficultés étant aplanies, le tournage de Marius sous la direction d'Alexandre Korda, peut commencer.
Le film sort à Paris, sur les Boulevards, dans la salle de cinéma de la Paramount, le 3 octobre 1931.
                                       Avec ce film qui a connu un immense succès, et qui est devenu une
œuvre classique,
                                                             Raimu acquiert une stature internationale d'acteur.

Fanny ( pièce de théâtre - première sortie sans Raimu - 1931 ) :
Durant le tournage de Marius, Marcel Pagnol s'est déjà attelé à l'écriture de Fanny, pièce de théâtre, suite de Marius.
Il espérait conserver la même distribution que pour la pièce de théâtre Marius :  
Fanny : Orane Demazis - Honorine : Alida Rouffe - Marius : Pierre Fresnay - César : Raimu - Panisse : Charpin Escartefigue : Dullac - Piquoiseau : Mihalesco - Monsieur Brun : Robert Vattier, Pierre Asso le chauffeur du ferry-boat : Maupi
Le Goëlec, quartier-maître : Callamand - un agent : Henri Vilbert...
Mais Pierre Fresnay est pris pour une autre pièce, Alida Rouffe contrainte de déclarer forfait suite à des crises de rhumatisme, et, pour faire bonne mesure, des dissensions apparaissent entre Raimu et Léon Volterra. Léon Volterra reprochant à Raimu de prendre les répétitions trop à la légère
Marcel Pagnol se trouve alors dans l'obligation de revoir la distribution de la pièce, en conservant les acteurs ou actrices de Marius encore
disponibles : 
Fanny
: Orane Demazis Honorine : Madame Chabert - Marius : Berval - César : Harry Baur - Claudine : Milly Mathis -
la commise : Thérésa Renouard - Panisse : Fernand Charpin Escartefigue : Dullac Monsieur Brun : Robert Vattier
-
le chauffeur du ferry-boat
: Maupi - le facteur Henri Vilbert - le docteur : Delmont ...
                                              Fanny est jouée pour la première fois au Théâtre de Paris, le 6 décembre 1931, mais sans Raimu.
                                                                                             La pièce fait de nouveau un triomphe.
Fanny (film), en 1932 :
Au Printemps 1932, Marcel Pagnol crée la Société des films Marcel Pagnol en association avec Roger Richebé. Cette société existe encore, toujours domiciliée à Boulogne.
Ils décident de produire Fanny ( film ), tiré de la pièce de théâtre. Metteur en scène : Marc Allégret.
Raimu reprend le rôle de César, sur l'insistance de Roger Richebé, malgré quelques réserves de Marcel Pagnol, rapidement disparues.
Ailda Rouffe reprend le rôle d'Honorine qu'elle a tenu avec brio dans Marius, et Pierre Fresnay celui de Marius,
Orane Demazis sera Fanny - Fernand Charpin : Panisse - Milly Mathis : Claudine  - Robert Vattier : Monsieur Brun -  Auguste Mouriès : Escartefigue... 
Ceci permet d'assurer la continuité de l'interprétation.
                                                                                 Premier tour de manivelle le lundi 6 juin 1932.
                                                                                        Sortie triomphale en octobre 1932.

Raimu matérialise son rêve en achetant à Bandol la Villa Clémentine qu'il rebaptise la Ker-Mocotte (1933 - 1934) :
À Paris, le cinéma nouveau s'établit maintenant aux Champs-Élysées, délaissant l'extrémité est des Grands Boulevards où se sont ouverts à la fin du XIXème siècle, les théâtres et music-hall. Raimu, suivant le mouvement s'établit au 17, rue de Washington, dans un appartement somptueux. Il a pour voisin Tino Rossi.
" À peu près en même temps, on lui propose d'acquérir dans les environs de Bandol la maison dont il rêve depuis toujours : la Villa Clémentine, une énorme bastide en L bâtie sur trois niveaux au milieu d'un jardin merveilleux où foisonnent les mimosas, les citronniers, les orangers et les palmiers, plus un pin parasol centenaire. L'ensemble, bien sûr, domine le mer.
Après un aller-retour Paris-Bandol en Packard, l'affaire est conclue. Et la maison sera rebaptisée. Pour faire plaisir à Esther, restée Bretonne de cœur, Raimu a décidé de l'appeler la Ker-Mocotte. Ker en Breton signifie « Chez » et Mocotte  femme du Sud et plutôt de la côte méditerranéenne. Toulonnais, Marseillais sont des mocos. " 

(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans - Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 10, Entrée d'Esther - page 132.)
                                                                 Esther va devenir un peu plus tard son épouse. Le mariage a lieu le 28 mars 1936.

Voici une parenthèse nous permettant de nous " plonger " dans la Méditerranée
et de nous rendre compte de l'évolution d'un lieu ; 
ici la plage Renécros située à Bandol ; en un peu plus d'un siècle (de la fin du XIX
ème jusqu'en 2009).


Vers la fin du XIXème siècle, la Villa Clémentine existe déjà.
Elle se trouve au centre de la photo,
à l'aplomb des contreforts permettant de soutenir la terre.
La structure en L est visible.
Aucun baigneur, mais des moutons.
Bandol était alors un petit port de pêche bien tranquille.

Lien vers la page d'agrandissement des photos
de la plage Renécros.

 

Nous sommes au début du XXème siècle, dans les années 1900.
Les tentes dressées sur la plage permettaient de se changer.
Les maillots étaient alors d'une pièce, couvrant les jambe et les épaules.
Mais les baigneurs étaient encore bien rares.


Cette carte postale est datée de 1937, d'après le texte écrit au verso.
 " Bandol 1937

Cher cousin et cousine
Je suis à Bandol,..."
La plage est noire de monde.
Le pourtour de la plage est structuré et a pris son allure actuelle.
La Villa la Ker-Mocotte située au-dessus du grand mur de soutien situé au centre de la plage est ici bien visible.
Raimu a acheté la Villa Clémentine en 1933-1934,
et l'a rebaptisée la Ker-Mocotte.
(La date exacte de l'achat reste à vérifier.)

Dans les années 1950-1960, le bikini devient de rigueur.
La Villa de Raimu a été vendue après son décès pour devenir un hôtel qui a perduré jusque dans les années 1990-2000.
Une plaque était apposée à l'entrée de l'hôtel indiquant que cette villa avait appartenu à Raimu.
(La date exacte de vente reste à vérifier.)
 

Même vue de la plage Renécros le jeudi 8 octobre 2009.
Quelques baigneurs profitent des doux rayons du soleil d'octobre pour se laisser sécher après un bain tout de même rafraîchissant..
La villa, qui était devenue un hôtel a été revendue voici quelques années.
Le toit en tuiles a disparu, remplacé par un toit plat et une terrasse.


 Vue d'ensemble de la plage Renécros (jeudi 8 octobre 2009, 15 h.).

 


Mariage de Raimu avec Esther Metayer, en 1936
:
" Le 28 mars 1936, dans la salle de mariages de la mairie du XVIIIème arrondissement (de Paris), Jules Auguste Muraire, dit Raimu, épouse en justes noces Esther Honorine Metayer (ex-actrice de cinéma). En catimini. Hors Maupi qui est son témoin (Mme Metayer étant celle de sa femme) personne n'a été prévenu. "
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans - Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 11, Les Champs-Élysées - page 138.)

Marcel Pagnol pense déjà à tourner César, le troisième volet de la trilogie Marius, Fanny, César, en l'écrivant cette fois directement pour le cinéma. César ne sera porté à la scène de théâtre qu'en 1946.
Il a réussi à engager de nouveau Raimu avec un contrat bien inférieur à celui, maintenant très élevé pour un acteur aussi côté et très demandé, aussi bien au théâtre qu'au cinéma. Il est évident que l'amitié entre les deux hommes a fortement joué.
Le contrat est signé le 3 mars 1935, lors d'un déjeuner auquel Raimu a été invité par Marcel Pagnol, à la Brasserie de Verdun (Marseille), dont le patron est Monsieur Poncet.
Les circonstances en sont relatées par Jean-Jacques Jelot Blanc dans Pagnol inconnu :
" - Et notre César ? interroge Jules.
  - Le scénario est prêt, ment Pagnol, tu reprendras ton rôle avec les mêmes partenaires que dans Fanny.
  - Et toi à l'écrire ! éclate Raimu, nullement dupe.
  - Je m'y engage sur l'honneur et devant témoin, bluffe Marcel, en montrant son associé Charles Corbessas venu les rejoindre     à la fin du repas.

  - Et quand signe-t-on le contrat ? demande Jules.
  - Maintenant, ici ! répond Pagnol avec aplomb, comptant bien se venger du tour que lui avait joué Raimu avec le contrat de     Fanny, signé dans les mêmes lieux trois ans plus tôt.
Et saisissant une feuille de papier à en-tête de la brasserie agrafée au menu, il dicte aussitôt un accord rudimentaire qui fera office de contrat : « Entre le 30 novembre 1935 et le 1
er mars 1936, je m'engage à créer le rôle de César dans la pièce (sic) que tu feras et que tu me promets aujourd'hui (souligné) et je jouerai ce rôle tant que la pièce tiendra l'affiche. » "
(Pagnol inconnu - Jean-Jacques Jelot Blanc - Éditions de La Treille - Michel Lafon - 2000 - chapitre 4 : Fernand, Jules et les autres - pages 164-165.)-
Le tournage peut donc commencer le 10 mai 1936, à Marseille.
La première publique a lieu à la mi-novembre 1936, salle César, sur les Champs-Élysées.
Le film terminé, Raimu va enfin pouvoir prendre des vacances à Bandol, dans sa chère Villa la Ker-Mokotte, avec vue imprenable sur la plage Renécros et la mer Méditerranée.
" Toute la famille - Raimu, Esther, la petite Paulette (fille d'Esther) et Mémé - est arrivée à la Ker-Mocotte dans les premiers jours de juillet,
à bord de la Packard décapotable. Maupi est arrivé le lendemain avec sa voiture personnelle. Hélas ! très vite, dans ce cadre magnifique, Raimu s'ennuie. Il découvre qu'il y a deux choses qu'il déteste le plus au monde : être seul, être loin. " 

Il va le plus souvent se baigner seul le matin avec Paulette car Esther se lève très tard et il est loin de Paris, loin des studios.
" Heureusement, à Bandol, il y a Blavette. Charles Blavette, ex-fabricant de conserves à Marseille engagé par Pagnol pour jouer un petit rôle dans Jofroi, parfait dans Angèle... " 
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans -
Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 11, Les Champs-Élysées - page 143.)

La Femme du Boulanger, 1938 :
Le début du tournage de ce film a lieu le 25 avril 1938, dans une maison du Castellet (village provençal perché au sommet d'une colline, dans l'arrière pays de Bandol) tranformée en fournil.
Raimu, très professionnel, avait suivi pendant des semaines le travail de son boulanger bandolais, Monsieur Revest, afin de pouvoir se glisser dans la peau du personnage.
Avant première le 22 août 1938, au cinéma Lutétia, à Biarritz. Première à Paris, le 5 septembre 1938, au cinéma Marivaux.
   Ce fut un triomphe pour, sans doute, le plus beau film dramatique de Marcel Pagnol, dans lequel Raimu est bouleversant d'humanité.

La Fille du Puisatier, 1940 :
" Le 1
er septembre 1939, la France répond à l'invasion de la Pologne en décrétant la mobilisation générale. Le 2, les députés et les sénateurs votent les crédits de la guerre. Le dimanche 3, la nouvelle tombe : la France, emboîtant le pas à l'Angleterre, déclare la guerre
à l'Allemagne."
(Pagnol inconnu - Jean-Jacques Jelot Blanc - Éditions de La Treille -  2000 - chapitre 5 : Sa Majesté Raimu - page 239.)-

Tous les studios se vident, la production française est stoppée.

Durant l'hiver 1939, Marcel Pagnol imagine un mélodrame inspiré des événements qui sont en train de se passer.
En janvier 1940, Marcel Pagnol en parle à Raimu qui se trouvait à Bandol avec sa famille. Celui-ci accepte aussitôt, mais en exigeant d'occuper le haut de l'affiche lors de la sortie du film.
Il réussit à le convaincre de jouer avec Fernandel. Mais ils se connaissaient déjà pour avoir joué ensemble dans plusieurs films : Le Blanc et le Noir, de Marc Allégret et Robert Florey, en 1930 ; Les Gaietés de l'Escadron de Maurice Tourneur en 1932 ; Les Rois du Sport de Pierre Colombier, en 1937.

Josette Day, l'amie de Marcel Pagnol, sera Patricia.

Le premier tour de manivelle devait être donné le 20 mai 1940, mais l'état-major allemand ayant déclenché son offensive générale le 3 mai 1940, le début du tournage est reporté au 13 août 1940, dans les studios de Marseille.

" En même temps qu'un poignant mélodrame, La Fille du Puisatier constitue un irrécusable documentaire sur une période douloureuse. Son action, en effet, se déroule entre février et août 1940 ; elle coïncide exactement avec les événements de l'époque. "
(Merveilleux Pagnol - Georges Berni -
Éditions Pastorelly -1981 - page 137.)
Marcel Pagnol, en cours de tournage, ajoute au film des scènes tirées de l'actualité brûlante du moment, notamment :
- l'appel du 16 juin, à la radio, où Pétain annonce au Français qu'il vient de demander l'armistice ;

- vers la fin du film, le grondement des vrais bombes qui s'abattent sur Marseille se fait entendre au loin.
                                                           Première séance publique à Lyon, le 20 décembre 1940.

                                                            Sortie parisienne fin avril 1941, au cinéma la Madeleine,
                                  après une carrière triomphale en zone libre (Toumouse, Montpellier, Marseille) et à l'étranger.
Lors de la sortie du film, Marcel Pagnol ayant repensé aux exigences de Raimu, décide de lui jouer un tour.
" Des garanties écrites ? on verrait bien, s'était dit Marcel en signant le contrat. Et l'on avait vu : sur l'affiche de La Fille du Puisatier,
au-dessus des noms de Fernandel et de Raimu, à égalité, celui de Josette Day s'étalait en énormes caractères."
Fureur de Raimu, mais les affiches étaient déjà en place, tirées à des dizaines d'exemplaires.
" Alors, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Raimu avait pris Fernandel à témoin et, débonnaire, royal, lui montrant l'affiche, avait eu ce mot : - Tu as vu La Fille du Puisatier, c'est comme qui dirait Blanche-Neige et les deux nains."
(Pagnol inconnu - Jean-Jacques Jelot Blanc - Éditions de La Treille - 2000 - chapitre 5 : Sa Majesté Raimu - page 252.)

Reprise de Marius, en 1942 :
C'est la dernière pièce de théâtre de Marcel Pagnol à laquelle aura participé Raimu.
" Fernand Gravey fait un succès au Gymnase avec une reprise de Topaze de Marcel Pagnol. C'est alors qu'Alibert, en charge du Théâtre des Variétés, vient proposer à Raimu d'y reprendre Marius. Raimu d'abord dit :
« non ».
Mais  Alibert est têtu. Il obtient un
« peut-être », puis, insistant encore, un « oui ». Assorti aussitôt d'une foule de conditions..."
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans - Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 14 : S'occuper pendant l'occupation - page 180.)
                                  La première de la pièce a lieu le 6 février 1942, au Théâtre des Variétés, et c'est un triomphe.
Le décès de Raimu :
Le 11 mars 1946, Raimu roule en voiture sur la nationale 7, qui était à l'époque l'axe Paris-Méditerranée, pour aller à Monte-Carlo. Aux environs de Mâcon, un accident survient et Raimu se retrouve avec de multiples fractures. Retour en ambulance sur Paris, où il est opéré à la clinique Lyautey. Il sort de clinique, le dimanche 6 mai 1946, au bout de 54 très longues journées.
Mais il doit retourner en clinique pour une nouvelle opération le 20 septembre 1946. Opération qui lui sera fatale car il décède sur la table d'opération d'un arrêt cardiaque.
Marcel Pagnol est très affecté par la mort de son ami.
" Au cours de la semaine qui suit les obsèques de son ami, dans ses nouveaux bureaux de l'avenue Georges V, juste en face du Fouquet's, Marcel Pagnol a accroché, au-dessus de sa table de travail, un très beau portrait de Raimu, l'agrandissement d'une photographie de Roger Corbeau prise pendant le tournage de César. "
(L'Impossible Monsieur Raimu - Raymond Castans -
Éditions de Fallois - 1999 - chapitre 17 : Raimu, c'est fini - page 219.)

Références :     
- Merveilleux Pagnol - Georges Berni - Éditions Pastorelly -1981
- L'mpossible Monsieur Raimu - Raymond Castans - Éditions de Fallois - 1999
- Pagnol inconnu - Jean-Jacques Jelot Blanc - Éditions de La Treille - 2000

Raimu