La famille Pagnol

 

 

Accueil 
Aubagne 
Marcel Pagnol 
Famille Pagnol 
Album 
Brochure 
 Petit Monde 
Collines 
Les plantes 
Circuits 
 Font de Mai 
La Treille 
La Buzine 
Le Castellet 
Cassis 
La Ciotat 
La Colle sur Loup 
Marseille 
Pont du Gard 
Ma Provence 
Liens 

 

  Liens avec les pages (sous-dossiers) :    
Généalogie de la famille Pagnol Joseph André Pagnol (1869 - 1951)
(Quelques éléments sur son parcours et un document inédit.)

La famille Pagnol est installée à Valréas, l'enclave des Papes, au nord du Vaucluse depuis le XVème siècle.
Dès 1512, les frères " Panhols " signaient un accord de métayage avec les frères conventuels Cordeliers
pour leur propriété de la Matte, située à 2 km du centre de Valréas.
Grâce à cet accord, les garçons recevaient une éducation dans la " Petite école " des Cordeliers.
       Jusqu'à la Révolution de 1789, les ancêtres de Marcel Pagnol étaient fermiers à la Matte, où leur  bastide existe encore.

La ferme de la Matte, chemin de la Matte (Valréas).
Pour y accéder à partir de l'Office du Tourisme, prendre la route du Lac sur environ deux kilomètres.
Le chemin de la Matte se trouve sur la gauche et la bastide est visible à partir de la route.
(Photo prise le 21 janvier 2011 - 11 heures.)

Cette plaque bien dégradée, apposée sur un mur de la bastide
(dans la cour, derrière le portail ) porte l'inscription :

" A MARCEL PAGNOL "
Ses ancêtres vécurent dans cette bastide de 1414 - 1856 .


Marcel Pagnol nous parle des origines de sa famille dans les premières pages de  La Gloire de mon Père :
" Mon père était le cinquième enfant d'un tailleur de pierres de Valréas, près d'Orange.
La famille y était établie depuis plusieurs siècles. D'où venaient-ils ? Sans doute d'Espagne, car j'ai retrouvé, dans les archives de la mairie, des Lespagnols, puis des Spagnol. "
À partir de la Révolution, ils commencèrent à se lancer dans l'artisanat : Henry, l'arrière grand-père de Marcel, était armurier ; son frère était artificier, c'est à dire qu'il fabriquait des pétards et des feux d'artifice...

" De plus, ils étaient armuriers de père en fils, et trempaient des épées dans les eaux de l'Ouvèze : occupation, comme chacun sait, noblement espagnole [...]
L'un d'eux, un arrière-grand-oncle sortit un jour de sa boutique à travers une fenêtre fermée, dans une apothéose d'étincelles, entouré de soleils tournoyants, sur une gerbe de chandelles romaines.
Il n'en mourut pas, mais sur sa joue gauche, la barbe ne repoussa plus. C'est pourquoi, jusqu'à la fin de sa vie, on l'appela " Lou Rousti ", c'est à dire Le Rôti.
C'est peut-être à cause de cet accident spectaculaire que la génération suivante décida - sans renoncer aux cartouches ni aux fusées - de ne plus les garnir de poudre, et ils devinrent " cartonniers " [...] "
L'industrie de la cartonnerie était alors très florissante à Valréas au XIXème siècle.

                     Plaque commémorative apposée sur
                              la maison de " Lou Rousti ".
 

Photo de la maison de " Lou Rousti "          
(rue Jules Faye - Valréas).

Le grand-père de Marcel, Joseph André (1831-1913) n'étant pas l'aîné, ne put succéder à son père armurier et apprit le métier de tailleur de pierres. Pour cela, il entreprit son tour de France comme Compagnon. Il travailla d'abord à Valréas, puis vint à Marseille sculpter les monuments dont Napoléon III a parsemé cette ville. Il avait épousé une jeune fille à Valréas, Marie-Anne Naud, qui lui donna six enfants, lesquels devinrent tous instituteurs, lui-même sachant tout juste lire et écrire considérait qu'il s'agissait d'une très grande promotion sociale. Le cinquième enfant fut Joseph André, le père de Marcel, né en 1869 à Vaison-la Romaine.
(Texte de J.B. Luppi, tiré de l'opuscule de l'Office du Tourisme de Valréas.)

Office de Tourisme de l'Enclave des Papes
Valréas - Richerenches - Visan - Grillon
Avenue Maréchal Leclerc - B.P. 28 - 84601 - Valréas
Tél. : 33 (0)4 90 35 04 71    Courriel : info@ot-valreas.fr


N.B. :
Bien que située en pleine Drôme, Valréas, sur la D 541 à 10 km à l'est de Grignan, est rattachée au département du Vaucluse, de même que Grillon, Richerenches, Visan, ces villes étant situées dans l'enclave des Papes. Un peu d'histoire : Les Papes d'Avignon convoitaient Valréas, voisine du Comtat venaissin. En 1317, Jean XXII l'acheta au dauphin Jean II, mais des terres séparaient Valréas des États pontificaux. Ces terres auraient pû leur échoir si le roi Charles VII ne s'y était opposé. L'enclave des Papes sera finalement rattachée à la France en 1791, après plébiscite, pour devenir finalement un canton du Vaucluse enclavé dans le département de la Drôme.

La famille Pagnol